SEINE JO 2024.jpg

Useful links

(Les pages de l'espace 'Verdissement' sont accessibles avec un mot de passe.)

En 1881 l’inventeur Gustave Trouvé, le bien nommé, faisait déjà fonctionner des bateaux électriques sur la Seine.


Nous devons conserver notre atout de transport le moins impactant pour les villes.

La Communauté Portuaire de Paris (CPP) porte une transition collective et volontaire

  • Collective parce qu’individuellement la transition écologique des bateaux est très complexe.

  • Volontaire parce qu’à la différence d’autres transports nous n’avons pas de contrainte réglementaire qui s’exerce directement sur nos flottes.

 

  • Cette volonté collective s’inscrit dans 2 échéances :

- Les JOP 2024 où la Seine sera au centre de l’attention du monde entier (un milliard de téléspectateurs).
- Les ZFE : plus de véhicules terrestres thermiques sur les routes dans 77 communes de la Métropole du Grand Paris.

La démarche de la CPP poursuit 5 objectifs

La remotorisation des bateaux

  • Les bateaux fluviaux sont très résilients, l’âge moyen sur Paris est de 60 ans.

  • L’écologie nous guide donc à privilégier l’existant avant de construire de nouveaux bateaux.

  • C’est également plus rapide et plus conforme à nos intérêts, notre territoire ayant à ce stade un outil de production fluvial plus en capacité d’entretenir que de construire de grandes quantités de bateaux.

Des solutions ouvertes

  • Un moteur électrique peut recevoir différentes sources d’énergies, allant de groupes électrogènes (au diésel, au gaz, à l’hydrogène...), en passant par les batteries (avec différentes technologies, neuves ou de seconde vie).

La neutralité économique

 

  • Comme notre démarche est volontaire, il ne faut pas que la transition nous coûte plus cher que la conservation et l'entretien des motorisations thermiques.

  • Le TCO (Total Cost of Operation, coûts d’exploitation et coûts d’investissement) sur environ 10 ans doit être inférieur après la remotorisation par rapport à avant.

La concentration des énergies

 

  • Le fluvial souffre de l’éparpillement des savoirs.

  • Pour réussir la transition écologique, nous devrons concentrer les compétences pour gagner en performance très vite.

  • Nous devrons aussi veiller à ne pas multiplier le nombre de technologies et de références pour faciliter la mise en œuvre et le suivi.

La constitution de filières locales

 

  • Le fluvial est bridé dans son développement par son caractère artisanal.

  • La transition écologique est l’occasion d’attirer vers le fleuve des grands industriels (TotalÉnergies, EDF, Renault, GRDF, ENGIE ...).

  • Nous devrons également travailler la proximité pour une grande réactivité dans le SAV et la maintenance.

Si vous ne l'avez pas reçu, demandez votre mot de passe et accédez à l'espace privé 'Verdissement' CPP et aux pages :

Obtenez votre mot de passe par mail !

Intérêt(s) prioritaire(s) pour :

Assistance technique et réglementaire
Financement
Aides
Energie

Merci de votre demande.